Archives de la catégorie ‘Manifestation’

Pour se faire une idée de la chronologie, celà commence vers 16h.












Publicités
La démocratie a été kidnappée. Le 25S, nous allons la sauver.
Le prochain 25 septembre nous encerclerons le Congrès des Députés pour le sauver d’un rapt qui a converti cette institution en un organe superflu. Une séquestration de la souveraineté populaire menée à bien par la Troïka et les marchés financiers et exécutée avec le consentement et la collaboration de la majorité des partis politiques. Des partis qui ont trahi leur programme électoral, leurs électeurs et la citoyenneté en général, en ne respectant pas certaines promesses et en contribuant à l’appauvrissement progressif de la population.
Nous encerclerons le Congrès après plus d’un an d’intenses mobilisations dans tous les secteurs sociaux et après avoir « vérifié » qu’il ne peut y avoir de démocratie quand les institutions qui prétendent la représenter sont en réalité gouvernées par des intérêts qui ne sont pas ceux de la majorité. Parce que nous n’avons rien à dire à un pouvoir qui a démontré être systématiquement aveugle, sourd et muet face aux demandes justes et concrètes d’égalité et de justice sociale. Nous l’encerclerons pour sauver la politique d’un régime économique intolérable et prédateur : le système capitaliste.
Nous encerclerons le Congrès parce que nous voulons accélérer la mobilisation sociale et la focaliser sur la récupération de la souveraineté et du pouvoir citoyen, c’est à dire, de la démocratie. Nous avons créé de nombreux processus de lutte, des espaces de participation et de discussion dans les réseaux sociaux, les places, les quartiers et les centres de travail, et nous avons mené à bien des initiatives que nous voulons continuer à développer depuis en bas, sans raccourcis et pas à pas.
Parce que nous croyons que le temps des décisions prises par quelques uns est terminé; parce que, face à ceux qui veulent nous laisser sans futur, nous avons les moyens et l’intelligence collective pour décider et construire la société que nous voulons; parce que nous n’avons pas besoin de faux intermédiaires, mais de moyens et d’outils collectifs qui puissent fomenter activement la participation politique de chacun dans les sujets communs.
Nous encerclons le Congrès le 25 Septembre pour montrer à ceux qui disent nous gouverner que non, nous n’acceptons pas leurs contraintes injustes, comme celle de payer leur dette, et que nous défendrons les droits collectifs : le logement, le loyer, l’éducation, la santé, l’emploi, la participation démocratique. Pour enclencher un procesus qui permette que les responsables de la crise ne soient plus impunis, pour que les pyromanes qui ont provoqué notre crise ne soient pas récompensés et commencent, en revanche, à être jugés.
Le 25 Septembre nous manifesterons autour du Congrès parce que nous voulons récupérer la responsabilité de notre propre futur, sans accepter de contraintes. Pour dire à ceux qui séquestrent la démocratie que le moment de s’en aller est arrivé, et pour exiger, comme premier pas, la démission du Gouvernement, parce que nous allons la libérer en commençant un processus constituant. Un processus de participation directe ouvert, dans lequel nous déterminons et nous mettons en marche les institutions politiques, les outils de participation et les mécanismes juridiques et politiques dont nous avons besoin pour garantir que les décisions collectives soient complètement efficaces. Un processus constituant soutenu et dont la définition collective commence, mais ne termine pas, le 25S.
Libérer le Congrès c’est lancer une invitation pour que s’articulent et s’unissent d’autres mouvements sociaux tels que la lutte des fonctionnaires pour la défense des services publics, les différentes « marées » et autres luttes pour l’égalité et la justice sociale. Cela signifie que nous refusons d’accepter la peur, l’impuissance et la désorientation surgies de la réduction du politique à l’économique, ainsi que ses conséquences facistes, xénophobes, racistes et machistes.
Nous cherchons une solution collective.
Nous invitons toutes les personnes qui veulent nous accompagner pour entourer le Congrès le 25 Septembre à dire BASTA, et à continuer ce chemin pour sauver la démocratie et la souveraineté.
Nous voulons des droits, la démocratie, la justice et la liberté pour tout le monde.
Nous sommes arrivés jusqu’ici, nous n’avons pas peur.
Rendez-vous le 25 S… et après.
Souvenir de la manifestation du 10 décembre 2011,
à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’homme.
 
Souvenir de la manifestation du 11 novembre 2011,
 
Reportage audio d’un journaliste en mai 2011,
 
Interview des indignés de Strasbourg le 9 Novembre 2011 dans les locaux de France Bleu Alsace.
 
Reportage Strasbourg TV
Voici quelques photos de notre casserolade pour soutenir le Québec.
Elle s’est passée dans une ambiance agréable et joyeuse.
Nous nous sommes improvisés en fanfare,
et nous avons défilé dans les rues de Strasbourg durant 2H. 
 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
 
Au Québec, les juristes ont manifesté pour revendiquer ce droit fondamental.
http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/28/01-4529429-des-centaines-de-juristes-en-toge-manifestent-contre-la-loi-78.php
En solidarité avec les étudiants du Québec en lutte depuis plus de 100 jours, et face a la répression contre eux.
Rassemblement de soutien avec mur d’expression libre s’est déroulé le samedi 26 mai place Kléber à Strasbourg.
Voici un article de presse de Courrier International du 25 mai 2012 pour mieux comprendre la situation au Québec :
on-ne-fait-pas-taire-les-casseroles-a-coups-de-matraque 

Voici quelques photos de ce mur d’expression libre…

 Le Mur d’expression, Place Kléber

 

 La journée a commencé vers 10h place Kléber avec l’atelier « Mur  d’expression » libre qui s’est bien déroulé même s’il n’y avait pas la  petite maison qui était prévue à l’origine pour attacher les affiches et  qu’il n’a pas été possible d’utiliser les barrières pour les mettre. Le  « Mur » s’est donc transformé en « Sol » qui a occupé une grande  surface de la place Kléber. l’atelier a été une réussite puisqu’il a  duré jusqu’à 13h environ et qu’une bonne vingtaine de personnes sont  venus ensuite place de la République. Parallèlement, vers 11h15 place de  la République l’atelier d’échange de savoir s’est transformé en  discussion faute de participants suffisamment nombreux.

 

 Dès  l’arrivée à la place de la République des personnes qui étaient place  Kléber le pique nique s’est déroulé dans une bonne ambiance jusqu’à  14h30.

L’Assemblée Populaire, Place de la République

 

 Vers 14h30 l’assemblée populaire à débuté avec environ 40 personnes (de  divers horizons : de Metz, Mulhouse, d’Espagne,  d’ Alternative Libertaire Alsace, du  Parti Pirate, des Anonymous, puis vers le milieu de l’AP il y avait  jusqu’à 50 personnes présentes (le nombre a quelque peu diminué après la  « pause » lié au passage d’un cortège religieux).

 Vigilius a animé  l’AP en commençant par une présentation du mode de fonctionnement d’une  AP, à savoir le mode de discussion et les divers moyens « silencieux »  (les gestes) pour prendre la parole, le mode de prise de décision, les  valeurs à respecter (une participation pacifique, apartisane, sans  leader). Il a ensuite listé les différents rôles qui peuvent être  attribués : modérateur, celui qui s’occupe de donner la parole, celui  qui prend les notes afin de retranscrire au mieux afin que les décisions  prises ne soient pas remise en causes, le maitre du temps chargé  d’éviter que les débats ne s’éternisent sur certains points.

 Est ensuite venu le temps de l’ordre du jour avec trois grands points :

 – un point sur le « comité de vigilance populaire ».

 – un point sur la possibilité de faire ou non un occupy à Strasbourg.

 – un point sur les commissions.

 Personne n’a contesté l’ordre du jour, seul un Indigné de Metz a demandé si une « action clown » était au programme ou non.

 

 Régis a fait un bref exposé sur la naissance du mouvement des Indignés  : lié au printemps arabe, à la crise en Grèce, aux Indignados en  Espagne le 15 mai 2011 et l’Occupy de Wallstreet, puis le mouvement est  apparu en France. Les Indignés forment un groupe dont l’objet est d’une  part la réflexion afin de trouver des moyens de changer les choses et de  reprendre le pouvoir et d’autre part de mener des actions de  communication et des actions sur le terrain (action zéro watt,  occupation de certains lieux,…) .

 

 Les Indignés de Metz et de  Mulhouse ont également fait un petit exposé sur leurs situations  respectives puis Vigilius a exposé la situation à Strasbourg.

 A Metz  le mouvement est né le 29 mai 2011 afin de mettre fin aux dérives de la  finance et de la politique. Des actions ont été entreprises : 500  lettres ont été envoyées à l’Elysée, des discussions, des murs  d’expression libre, un « référundum populaire » a été tenté… Cependant le mouvement n’a pas pris et  aujourd’hui le mouvement de Metz est en « pause ».

 A Mulhouse le  mouvement est né le 15 mai 2011 mais il n’a vraiment décollé que le 15  octobre 2011. L’hiver à porté préjudice au mouvement et le nombre de  participants s’est vu réduire mais ils comptent bien faire redémarrer le  mouvement avec les beaux jours.

 

 A Strasbourg le mouvement est  découpé en « commissions » chacune chargé d’un aspect de la société. La  commission monnaie, finance et économie dont est chargé Vigilius entre  autre a été exposé par celui-ci avec notamment en ligne de mire  l’abrogation de l’article 123 du Traité de Lisbonne, le changement de  monnaie via les monnaies alternatives et une gestion différente des banques et du système bancaire.

 

 Les moyens d’informations ont  également fait l’objet d’une petite discussion et pour les personnes  désireuses d’être informé des activités des Indignés mais ne souhaitant  pas être sur Face Book, une feuille est passé ou chacun à mis son  adresse mail et Ferdinand a récupéré cette liste afin de mettre en place  une mailing list et tenir informé les personnes extérieurs qui ne peuvent être présentes aux assemblées.

 

 

 Après cette introduction  le premier point de l’ordre du jour a été abordé vers 15h20 : le «  contrôle populaire ». La première discussion a été de définir ce qu’on  entendait par « contrôle populaire » et Ferdinand a tenu a définir ce  contrôle comme une action visant à pousser nos élus à agir et ne pas se  contenter de les surveiller.

 Ont ensuite été évoqué les différents moyens alternatif de consommation : les AMAP, les SEL,…

 Une possibilité de fédération des différentes indignations a aussi été  évoqué et débattu. Vigilius a parlé du mouvement LKP de Guadeloupe pour  montré qu’une fédération est possible et souhaitable.

 La Charte  anticorps a été mentionné car elle vise a une transparence des liaisons  dans l’Administration et dans la politique. Une conseillère du Conseil  municipal de Strasbourg a même été démise de ses fonctions pour l’avoir  soutenu.

Le collectif Roosevelt 2012 (dont font parti S.Hessel, E.Morin..) a également été mentionné, de par l’intéret des propositions faites par ce collectif).

 

 Le deuxième point de l’ordre du jour a été abordé vers  16h40 (un cortège religieux ayant interrompu l’AP pendant un moment,  les débats ont été retardés) avec la question d’un éventuel occupy à  Strasbourg. Une petite discussion sur le nom à donné à cette action et  le fait que seulement 4 personnes dans l’AG étaient motivés pour un  occupy a amené à une autre possibilité. L’alternative ou préparation  d’un grand occupy passera par des assemblées de dans les quartiers dans les «  cités » de Strasbourg dans un premier temps puis dans toute la CUS et même d’autres villes des environs. Ce  genre d’action nécessitant une bonne organisation et ne pouvant trouver  d’organisation en une seule AG les discussions sur ce point reprendront  lors de l’AG du mercredi 16 mai. Ces petites AG ne seront pas à la place  de l’AG du mercredi mais en plus soit une grande AG le mercredi et une  assemblée de quartier à un autre moment dans la semaine.

 

 La proposition en l’état actuel consisterait à décider en AG du mercredi dans quel quartier aller tracter, afficher et discuter avec la population pour savoir où et quand une Assemblée pourrait être organisée dans leur quartier. Si cela s’avère possible et souhaitable, en décider lors de l’AG du mercredi suivant (ainsi que des modalités pratiques à prévoir), puis 2ème tractage-affichage dans le quartier avec date, heure et lieu. Cette idée suppose un groupe de tractage et pour la mise en page de tracts et d’affiches.

Le quartier gare est pressenti comme un quartier où les gens seraient assez disposés à participer à une Assemblée populaire.

 

L’AP s’est terminée vers 18h et les participants se sont doucement  dispersés. Les Anonymous présents ont appelé à une mobilisation le 9  juin contre ACTA à 14h place Kléber. Ce sera là dernière manifestation avant le vote ou le rejet de la loi.

Pour le déroulement d’une assemblée, les explications sont ici :
https://strasbourgdemocratiereelle.wordpress.com/2011/11/09/ma-premiere-assemblee-a-strasbourg/

https://strasbourgdemocratiereelle.wordpress.com/2012/05/11/dynamiser-la-pensee-collective-en-democratie-directe-ou-participative/

Réflexion ouverte de Pensée Collective On veut partager quelques unes de nos impressions mais on vous encourage à y réfléchir davantage et à les débattre. On croit qu’il est nécessaire de se dédier à penser sur un point très important du mouvement : la pensée collective. La pensée collective est totalement opposée au système actuel qui est basé sur la réflexion individualiste. En conséquence, elle est difficile à assimiler et à appliquer. Nous avons besoin de temps, c’est un long processus. Normalement, face à une décision, deux personnes avec des points de vue différents auront tendance à s’affronter et défendre férocement leurs idées, ayant chacune comme objectif de convaincre, de gagner, ou, au mieux, d’arriver à mi-­‐parcours. L’objectif de la pensée collective est de construire, c’est-­‐à-­‐dire que deux personnes avec des idées différentes emploient leur énergie à construire quelque chose de nouveau. Il ne s’agit donc pas de mon idée ou de la tienne : ce sont les deux idées, ensemble, qui donneront lieu à un produit nouveau que nous ne connaissions pas, ni toi, ni moi. C’est pour cela que l’écoute active (dans laquelle on n’est pas seulement en train de préparer notre réplique) est fondamentale. La pensée collective naît quand on comprend que toutes les opinions, les nôtres et celles qui sont différentes, sont nécessaires pour générer l’idée de consensus. Une idée qui, après sa construction de façon indirecte, nous transforme. Courage ! Nous sommes en train d’apprendre, nous sommes capables de le faire. On a seulement besoin de temps.

Le Langage des signes ::

Événement FB : https://www.facebook.com/events/241331895963479/

Pour pouvoir nous suivre en Live lors de cette journée : http://actualutte.info/nouvelles-du-monde/international/item/317-live-#12m-journ%C3%A9e-mondiale-des-indign%C3%A9s&Itemid=665